Au coeur de mon été 2020


L'été file au rythme de ses journées chaudes, ses soirées longues et sa douceur de vivre.. je reviens à l'écriture après quelques semaines nécessaires de pause.


J'espère que vous profitez de cette saison d'abondance intérieure et extérieure pour vous ressourcer, ralentir le rythme, vivre dans l'amour et la joie où que vous soyez, seuls ou accompagnés..


De mon côté, j'ai passé quelques semaines de parenthèse enchantée à Crémieu (Isère).

Pas de programme spécifique : simplement prendre le temps, lâcher prise, alterner des moments de solitude et de partage, se ressourcer en nature et créer de l'espace intérieur pour s'écouter.

(n.b : typiquement en faisant mon classique régime de glaces estival..)


Mais, depuis 3 semaines, je suis descendue de mon petit nuage avec une tonne de pensées.

Bon, tu sais cette petite voix qui survient quand tu lui laisses l'occasion de te dire ce dont elle a besoin ? On n'a pas toujours envie de l'écouter, moi la première, car je sais qu'ensuite je laisse de la place aux angoisses et à la surcharge mentale.

Depuis notre retour d'Asie il y a un an , j'essaye de composer dans cette vie moderne entre besoin de lenteur et agitation extérieure et c'est un ajustement de tous les jours.

Un équilibre instable.

Je sens que, dès que le rythme s'accélère, le surmenage émotionnel et mental est toujours proche et nous sommes beaucoup d'hypersensibles à vivre notre quotidien ainsi.

Dans ces moments, on apprend à concilier présence pour soi et pour les autres, capacité à mener ses projets, activités et réflexions..c'est dur et parfois ça ne fonctionne pas.


Pour moi, beaucoup de réflexions arrivent cet été et avec, des incertitudes, anxiétés et de l'agitation. Trop pour moi.

Malgré la marche, le yoga, la méditation lorsque l'on manque d'ancrage, il est difficile de vivre pleinement le moment présent. (#lescordonnierslesplusmalchaussés)


Reconversion professionnelle, changement de lieu de vie (et de région), changement de vie tout court pour une vie simple et proche de la nature.

Ce sont mes rêves et aspirations mûries depuis quelques années qui se heurtent à la réalité et aux questionnements qui vont avec. ("où vivre, pourquoi, comment subvenir à mes besoins matériels et immatériels, suis-je prête" etc.)

Et parfois, malgré le besoin vibrant d'avancer, il faut accepter que ce soit long, plus long qu'attendu. Je sais que nous sommes nombreuses et nombreux à aspirer à une vie différente, à vouloir se reconvertir et vivre plus en harmonie avec les autres et notre environnement.

Essayons d'être indulgents envers nous-mêmes et patients, nous avons la capacité de savoir quand cela résonne juste et surtout, nous avons le droit de nous tromper et d'avoir peur, de revenir pour la 100ème fois sur une discussion que l'on a déjà eu car notre vision a changé. (oui oui c'est du vécu..)