J'ai réduit de 80% mon dressing

Mis à jour : avr. 30


J'aurai pu entamer ma série Future Is Green par un thème plus "classique" : alimentation, permaculture, zéro déchet...


J'ai pourtant décidé de m'attaquer à un immense chantier : la MODE.

Tout d'abord car ce n'était vraiment pas gagné d'avance pour moi #exfashionista et

également car c'est d'actualité quand je vois le nombre de personnes trier et ranger leurs armoires ! #confinement


En l'espace de 2 ans, j'ai réduit de 80% mon dressing et progressivement arrêté d'acheter du neuf (ou presque). JAMAIS je n'aurai cru cela possible.



Fast to slow fashion : un défi


Très tôt, j'ai eu une conscience écologique. Le sentiment de faire partie d'un tout, de devoir prendre soin de cette planète et d'assumer ma responsabilité en tant qu'être humain.


Je me suis donc construite sur ces valeurs en imaginant faire carrière dans le développement durable pour créer un monde plus responsable, plus beau... (#bisounours)

Bon, ça c'était avant d'ouvrir les yeux sur la réalité et de tomber de haut.


Alors que j'étais pleine de bons sentiments avec la sensation d'être plus juste, plus consciente, j'étais en pleine contradiction avec mes principes.

Durant toute mon adolescence et une grande partie de ma vie d'adulte, je ne me suis posée AUCUNE question sur la provenance de mes fringues ou qui les fabriquait.

J'adorais le shopping et prenais un plaisir immense à trouver de nouvelles pièces auprès des marques de la fast fashion que l'on connaît tous.


Pourtant, j'ai étudié le scandale du Rana Plaza en Master, j'ai vu les étiquettes "Made in China" partout sur mes jeans. Alors que je commençais une transition végétarienne et que je m'offusquais contre le greenwashing des entreprises dans lesquelles je travaillais, je continuais à porter mes pièces à tout petits prix.


Attention, (si si je vous vois culpabilisant sous votre pull H&M), je ne suis pas là pour vous accuser. Nous sommes humains et imparfaits et il est long et difficile d'entamer cette transition...Pour ma part, il y a eu un déclic.


En 2018, des changements importants tant dans la sphère personnelle que professionnelle sont arrivés avec la décision de partir voyager et surtout, l'envie d'alléger ma vie.


Vous avez dû constater que lorsque vous jetez ou triez, vous vous sentez mieux après, plus légers ? C'est ce qui s'est passé pour moi et cela a été le début d'une nouvelle histoire avec mon dressing.


Un dressing plus slowerlife : où commencer ?


Là où vous voulez !


Ce sont mes choix de vie qui m'ont amenée vers plus de minimalisme : déménager, décider de partir voyager 9 mois en sac à dos avec le strict nécessaire.

Petit à petit, j'ai donné, jeté et trié, j'ai analysé les usages de CHAQUE pièce de mon dressing afin de ne garder que l'essentiel.

Le voyage a été une formidable école, je me suis rendue compte que je n'avais que faire de porter TOUS LES JOURS la même paire de baskets et cela a été un bonheur de ne plus avoir à se demander : qu'est ce que je mets aujourd'hui ?


Vous allez me dire : "Ok Candice, mais porter que des shorts sur une plage en Thaïlande c'est facile mais moi en France je vais au travail, il fait froid etc."

En effet, je pensais pouvoir réduire encore plus ma garde robe mais en revenant j'ai fait quelques compromis avec mes principes... Step by step ;)


Revenons à nos armoires et commençons l'inspection : qu'est ce que vous aimez vraiment ? qu'est ce que vous gardez depuis des années sans jamais porter ? avez-vous besoin de la même pièce en plusieurs exemplaires ?

Pour commencer avec la meilleure, lisez Marie Kondo, gourou du dressing minimaliste et l'art de vivre avec le minimum.


Sinon, voici quelques idées :

  • On trie, on donne, on vend : un énorme pas sur le chemin du minimalisme !


  • On découvre ce monde fabuleux de la seconde main : Vinted* (mon avis plus bas), fripes, organiser un vide dressing entre potes...


  • On peut aussi coudre, réparer, customiser. Les vidéos de Clara Victorya donnent clairement envie de craquer pour une machine à coudre.


  • On pratique le zéro culpabilité. Tu as envie d'un jean Zara repéré récemment ? Sois bienveillant(e) et autorises-toi ce petit plaisir si tu en as envie. (bien sûr, après avoir fait un tour sur Vinted pour voir si quelqu'un ne le revend pas déjà à ta taille..)


  • Et même si c'est plus cher, s'autoriser de temps un temps un achat plus responsable et soutenir des marques éthiques plus respectueuses des hommes et de la planète.


Alors, LESS IS MORE ?


Jamais je n'aurai pensé ne plus avoir du tout envie de mettre les pieds dans certaines enseignes et être celle qui se pose 1000 questions pour chaque nouvel achat neuf. (nb. j'ai comparé plus de 20 marques avant d'acheter un nouveau legging de yoga cet hiver..)


Quand on sait qu'un européen achète en moyenne 12kg de vêtements neufs par an et que l'industrie du textile dans le monde émet plus d'émissions de gaz à effet de serre que le transport maritime et aérien réunis, il me semble nécessaire de s'interroger sur nos modes de consommation.


Alors, toi aussi tu vas réduire ton dressing ?


N'hésitez pas à me partager votre ressenti et merci pour votre lecture les slowers :)


* Vinted : juste un petit warning, c'est une super initiative que de vendre/acheter sur ce site mais je me pose la question de la reproduction de nos schémas de consommation...

Ce n'est pas parce que c'est du seconde main que c'est ok d'acheter 10 pièces par semaine et de faire tourner les livraisons à tout va..donc achète ce dont on a vraiment besoin et on évite peut-être les achats des vinteuses espagnoles ou hollandaises ;)

135 vues3 commentaires

REJOINS LA SLOWERTEAM !

©2020. Slowerlife par Ralentir avec Candice. Créé avec Wix.com

  • Instagram
  • Facebook
  • Pinterest